Alive


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au parc près du cimetière...

Aller en bas 
AuteurMessage
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Au parc près du cimetière...   Lun 15 Nov - 20:48


    Izaïah Klaüse
    Humain Maître

    Rémilia Scarlet
    Hybride Rebelle


Izaïah Klaüse le Lun 10 Nov 2008 - 22:59 a écrit:
J’avais insisté ce jour là pour pouvoir sortir de chez moi. J’avais besoin de m’oxygéner un peu mais les servants ne semblaient pas vouloir le comprendre, j’avais du me montrer plus sévère et hausser la voix pour aboutir à mes fins. Finalement, ils succombèrent à ce que je qualifierais plus de besoin que de caprice. Quoiqu’il en soit, ils me permirent de sortir mais bien évidemment pas seul, un garde du corps m’escorterait tout du long, comme la plupart du temps. De toute manière, je n’aurai pu me soustraire à leur vigilance en boitant.

Je l’informai de ma destination et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je fus conduit au parc en voiture. Une fois arrivé, on m’ouvrit la portière et on voulut m’aider à sortir, je m’emportai et répliquais sèchement que je saurais me débrouiller. Je ne supportais pas d’être traité comme un infirme !

Je sortis donc par mes propres moyens, certes, ce n’était pas aussi spontanément qu’avant, dans le cas présent, je me devais de faire attention. Je sortis d’abord ma canne que je clouais au sol et m’appuyais dessus pour m’aider à sortir. Lorsque je fus à l’extérieur du véhicule je respirais une grande bouffée d’air frais. La nature environnante me mettait déjà du baume au cœur.

Nous nous baladâmes un moment puis un peu fatigué, je me dirigeais vers un banc pour me reposer un peu. Mon garde du corps vint se poster juste à côté de moi, debout, raide comme un poteau. Je fronçais les sourcils, ce genre de compagnie m’exaspérait aussi lui demandais-je d’aller surveiller plus loin, il refusa mais à bout de patience je lui balançais à la figure :


« C’est bon inutile de vous tenir ainsi et de rester à mes côtés comme un sage toutou ! Vous pouvez très bien me surveillez à distance non ?! »

Finalement, il se résigna et s’éloigna hors de ma vue mais je savais bien qu’il veillait toujours. Enfin, je ne m’en plaignais pas mais tant qu’il n’était plus dans mon champ de vision ! J’avais vraiment besoin de respirer un peu, de prendre l’air sans avoir tout le temps à mes côtés un servant ou un gardien ou un quelconque individu payer pour surveiller mes moindres faits et gestes !

Les mains jointes sur la poignée ronde et dorée de ma canne, j’observais le ciel, le vent caressant mon visage tout en sifflant sa douce mélodie à mon oreille. Cette musique là valait bien plus pour moi que tout ces disc que l’on vent en masse dans les magasins. Je fermais les yeux pendant un moment, puis il me sembla entendre le bruit d’un brindille qui craque, je fronçais les sourcils tout en rouvrant les yeux et m’apprêtais à gronder celui que je pensais être le garde du corps mais heureusement je m’aperçu juste à temps qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre…

Rémilia Scarlet le Mar 11 Nov 2008 - 11:57 a écrit:
Le cimetière, lieu désolant, silencieux, et répugnant. Un endroit parfait pour une créature comme moi... Créature... Je ne suis pas humaine, il n'y a qu'à voir les deux ailes de chauve-souris qui traîne derrière moi, sans oublier les deux belles canines accentuées qui pénètre dans le cou de mes victimes avec aisance pour que je puisse en extraire ce délicieux nectare qui me fait penser que j'ai encore le droit de vivre.

Cela faisait déjà bien un moment d'ailleurs, que je n'avais pas satisfait cette soif aiguë de sang. Je me leva alors d'un bond, mes pieds nus se posants avec fragilité sur les pavés. Je semblais flotter, le vent s'engouffrant sous mes vêtements et mes cheveux. Cette petite brise m'apporta une odeur, une odeur humaine des plus agréables. Je décida alors de la poursuivre, ma silhouette fine se faufilant entre les tombes et les arbres ternes de ce lieux mort.
L'odeur devînt plus forte, et se joignit à elle une autre, plus dure, beaucoup moins alléchante. Je m'approcha avec discrétion, sans bruit, ma poitrine ne se soulevant qu'à peine alors que mon coeur battait plus fort à cause de l'excitation.

Je décida de m'occuper d'abord du colosse, toujours garder le meilleur pour la fin disait-on. Et comme cet homme semblait garder un oeil précieux sur l'autre, il valait mieux s'en débarasser tout de suite.
Je me placa avec précaution et rapidité derrière lui, mais à peine eut-il sentit mon souffle glacé dans son cou, qu'il était trop tard, son sang amer coulant déjà dans ma gorge. Il n'eut pas le temps de couiner qu'il tomba sur le sol doucement, moi, le retenant dans sa chûte.

Je m'approcha alors du second. Un garçon assez jeune, aux traits fins. Très mignon. Pour sur que j'allais le déguster celui là. Ses yeux étaient fermés. Est-ce qu'il dormait ? Plus maintenant, mon pied venait de briser une vulgaire petite brindille, et cela avait suffit pour réveiller son repas. Voilà que deux grands yeux d'un magnifique vert me fixé alors que l s miens de ce rouge peu commun, étaient désorientés. Mais hors de question de laisser filer un si joli jeune homme.

-"Oh... Je t'ai réveillé ?"

Je lui souris, gentillement et resta à une distance respectable pour ne pas l'effrayer. Il fallait être malin, plus malin que ses victimes, et jusque là, jamais je n'avais perdu à ce jeu. Et celui là n'échapperait pas à la règle.

Izaïah Klaüse le Mar 11 Nov 2008 - 21:16 a écrit:
Je fixais la créature qui ne se trouvait pas loin de moi et m’étonnait de constater que mon garde du corps n’avait pas encore pointé le bout de son nez. Etrange, lui qui est censé veiller sur moi… D’autant que je le connaissais assez pour savoir que normalement, il aurait déjà du apparaître… Et puis je n’omettais pas le fait que la créature qui se trouvait devant moi n’était autre qu’une hybride. Doublant de prudence, je me doutais bien que je ne devais pas me fier à elle ni même relâcher mon attention.

Sans la quitter des yeux je lui répondis sèchement :


« Je ne dormais pas. Et puis-je savoir qui t’as permis de me tutoyer ? Enfin qu’importe je n’ai rien à attendre de créatures telles que toi ! »

Sans doute allait-elle se vexer et m’attaquer ? Toujours est-il que je n’avais pas l’intention de jouer les hypocrites et me montrer faussement aimable de la même manière qu’elle en m’affichant ce sourire niais insupportable qu’on parfois les adultes. De toute manière, j’étais prêt à me défendre.

« Par hasard, n’aurais-tu pas vu un homme en costume cravate sobre et à l’allure costaude ? Il a les cheveux noirs et attachés par l’arrière, il ne devrait pas être bien loin… »

Bien entendu, je ne posais pas cette question innocemment. J’étais persuadé qu’elle avait du le croiser, si pas de lui faire quelque chose… L’assommer ou le tuer qu’importe. Après tout, il s’agissait d’une hybride et même si elle avait une allure de frêle jeune fille, j’avais appris à ne pas me fier aux apparences.

Rémilia Scarlet le Mer 12 Nov 2008 - 14:19 a écrit:
Ses yeux méfiants continuaient de me fixer. Il ne semblait pas un de ces petits gars naïf qui tendait directement le cou en pleurnichant. Dommage, j'aimais bien la facilité. M'enfin, qu'il se débatte... Sa fin sera la même au bout du compte.
D'une voix sèche et un peu trop hautaine à mon goût, il répondit à ma question en me faisant remarquer mon manque de respect envers sa personne. Pauvre petit. Qu'il crache tout son venin tant qu'il le peut et tant que je peux le supporter.

Même si l'envie ne me manquait pas, mon but n'était pas de montrer les dents tout de suite. Sauf que c'était plutôt mal partit et déjà je sentais mon sang tourner. A ce train là, j'allais le dévorer sans avoir eut le temps de m'amuser. Ce qui serait bien dommage.

Mon visage ne se crispa pas et je répondis d'une voix mielleuse à ces insultes.

-"Comme je n'ai rien à attendre d'un *misérable insecte* humain. C'est juste, que je trouvais étrange d'en trouver un aux abords du cimetière... A une heure aussi tardive."

Il enchaina sur ce que pouvait bien faire son garde du corps. Ca devait bien être ça vu la description qu'il en faisait et le regard que lui portait cet homme il y a de ça quelques minutes. Je décida de jouer un peu, de toute manière, il ne semblait pas dupe. Faisant mine de réfléchir, je leva les yeux au ciel et fit une moue des plus innocente.

-"Hum... C'est fort possible. Il était pas bien bavard d'ailleurs... Et ne le sera pas plus... Tu m'en excuseras n'est-ce pas."

Je reporta mon regard sur le jeune homme et fit un pas en avant de manière à pouvoir le regarder de haut, un sourire des plus amicale plaqué sur mes lèvres.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: Au parc près du cimetière...   Lun 15 Nov - 20:50

Izaïah Klaüse le Mer 12 Nov 2008 - 22:19 a écrit:
La créature ne nia pas qu’elle avait croisé l’homme en question. Tant mieux, je ne supportais pas son petit jeu d’innocence, elle avait même fait un pas pour se rapprocher de moi et tentait de m’observer de haut mais ça ne marchait pas avec moi, sans doute étais-je trop habitué à regarder moi-même les gens avec dédain. Certes je prenais des risques en jouant franc jeux mais je préférais cela que son petit manège du début.

« Il n’a jamais été très bavard de toute manière, ça ne changera pas grand-chose… » répliquais-je.

Je me redressai en m’appuyant sur ma canne. Je pris une profonde inspiration et expirait profondément.


« C’est vrai qu’il commence à se faire tard... » commençais-je. « Pourtant, je n’ai pas le cœur à rentrer, je suis venu ici pour prendre l’air et me dégourdir un peu et c’est bien ce que j’ai l’intention de faire. Peut-être désires-tu m’accompagner un bout de chemin ? Un peu de compagnie ne risque pas de me faire du mal après tout, n’est-ce pas ? »

Je pris soin de ne pas tourner entièrement le dos à la créature, elle était bien du genre à attaquer par derrière ! Et puis je n’étais pas fou non plus au point d’aller m’engouffrer dans une impasse, bien au contraire, je savais que le chauffeur m’attendait à l’entrée du parc qui n’était pas loin, c’était jouable…

Sans me presser, je commençais déjà à avancer un peu en m’efforçant de dissimuler tant bien que mal mon boitement. Non pas pour elle, d’ailleurs malgré mes efforts elle devait bien évidemment l’avoir remarqué, non, si je m’efforçais de ne pas boiter, c’était pour moi-même, je tenais à recouvrer une démarche plus ou moins naturel, même si les médecins m’affirment que non, je préfère m’obstiner. D’ailleurs, j’ai fait beaucoup de progrès par rapport au début ou je traînais plus du pied qu’autre chose…


« Dis-moi… Tu as un nom ? » demandais-je.

Quitte à faire un bout de chemin avec elle, autant engager la conversation, d’autant que je n’ai pas souvent l’occasion de discuter avec quelqu’un à la maison. Je me tourne à moitié d’une part pour vérifier si elle me suivait ou pas et d’autre part pour l’observer tout simplement. Bien sûr, je n’écartais pas la possibilité du danger pour autant !

Rémilia Scarlet le Mer 26 Nov 2008 - 17:21 a écrit:
J'haussa un sourcil, amusée, ou surprise ? Peu importe. Le fait est que, le garnement osé me tenir tête. Quoique... Amusant. Je ne pouvais lui reprocher d'essayer.

-"Effectivement... Il n'a même pas hurlé."

Est-ce que j'essayais de l'intimider ? Certainement. Mais je doutais un peu que ça fonctionne, il semblait plutôt insensible. D'ailleurs, il se releva, s'appuyant sur une canne, ce qui m'intrigua. Avait-il du mal à marcher ? Si c'était le cas, c'était un bon point pour moi de connaître une de ses faiblesses.

Il inspira bruyemment, décidé à se faire entendre. Pourtant, les parôles qu'il débita m'étonnèrent. De la compagnie de ne le génait pas. Et ma compagnie à moi, hybride répugnant, ne le génait pas non plus. J'essaya de cacher au mieux mon étonnement et me dégagea pour lui laisser faire un pas.

-"Eh bien... Non je ne pense pas qu'un peu de compagnie te face du mal..."
répondais-je "Mais..." je m'approche de son oreil en un battement d'aile "Je doute que la mienne ne t'en face pas."

Je m'éloigne tout aussi rapidemment. Ce n'était qu'un jeu, comme à mon habitude. Et je pouvais prendre le risque d'en dire trop, lui étant dans l'incapacité de fuir bien loin avec une jambe défaillante.
Tranquillement, je marchais un peu en retrait, observant avec délice cette jolie nuque qui ne serait que ma récompense pour avoir passé un peu de temps en sa compagnie. Il me devait bien ça non ?

Au bout d'un petit moment, il me demanda mon nom. Je me mis à sourire. C'était plutôt rare de rencontrer des personnes qui essayaient de me connaître. Malheureusement, je me doutais bien que ce n'était, encore une fois, qu'un mensonge, une manière pour lui d'espérer m'amadouer. Mais ça ne marchera plus ce petit jeu. Je suis plus forte. N'est-ce pas ?

Mon visage s'assombrit et je répondis, la gorge nouée. Je n'avais pas de raison de le cacher. Au cotnraire, je ne piuvais être que fière du prénom que m'avais donné ma mère.

-"Rémilia. Mais je ne donne rien sans rien. Quel est le tien ?"


Je tourna la tête pour remarquer qu'il m'observait. Ah bien sur ! Il était sur la défenssive c'est ça ? Donc j'avais l'avantage. Tant mieux. Ca ne pouvait être autrement de toute manière.

Izaïah Klaüse le Jeu 1 Jan 2009 - 15:53 a écrit:
Je m’étais crispé quand elle s’était approchée instantanément de moi pour me murmurer ce que je considérais clairement comme une menace. Elle ne m’avait cependant rien fait. Pas encore tout du moins… Mais à présent, je savais qu’elle était capable de se déplacer vite et sans bruit et qu’il me fallait par conséquent, redoubler de prudence.

Je cru déceler une once de surprise lorsque je lui demandais comment elle s’appelait mais cela me laissait de glace. Je ne faisais pas ça pour elle, seulement pour moi, plus je gagnais du temps, mieux cela valait pour moi. Dire qu’il y a quelques temps je ne tenais même plus à ma vie et aujourd’hui – ô ironie ! – je m’efforce de ne pas me faire tuer !
Mais le temps avait passé depuis mon accident, et je m’étais fait une raison en plus de m’être fixer un nouvel objectif : celui de prouver ma valeur à mon père mais aussi celui de lui mener la vie dure !
Lui qui n’avait jamais vu en moi qu’une simple descendance, un héritier, je lui montrerai que j’étais bien plus que cela, même avec une jambe en moins.

Rémilia. Ainsi donc, elle s’appelait Rémilia. La demoiselle m’informa cependant qu’elle ne donnait rien sans rien et qu’elle voulait savoir mon nom. Je souris :


« Oui, cela va de soit » admis-je « Je m’appelle Izaïah. »

Je ne pris pas la peine de m’incliner. Et continuais d’avancer.

*Vivement que j’atteigne la voiture du chauffeur.* songeais-je.

Je m’y dirigeais lentement, ne laissant rien paraître, restant digne et fier. Et toujours prêt à lui faire goûter de ma canne dans le cas où elle s’approcherait un peu trop près. L’air commençait à se refroidir mais pas au point d’en être désagréable. Bientôt, la voiture fut dans mon champ de vision.


« Bien, je vois que mon chauffeur est fidèle à son poste. »

J’esquissais un sourire tout en posant mes yeux verts émeraude vers Rémilia :

« Je crois que nos chemins se séparent ici. A moins que tu ne souhaites m’escorter jusqu’à la portière ? »

Je serrais le pommeau de ma canne. Prêt à répliquer au cas d'une éventuel offense à mon égard. Après tout, je lui faisais clairement savoir que je n'avais plus besoin de sa compagnie et que je n'avais pas l'intentention de me laisser avoir par elle.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au parc près du cimetière...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Cimetière de Konoha
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alive :: Archive S&M-
Sauter vers: