Alive


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy

Aller en bas 
AuteurMessage
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 22:23

    [img][/img]
    Roy
    Hybride Rebelle
    [img][/img]
    Romane
    Hybride en fuite


Roy le Mer 31 Oct 2007 - 17:14 a écrit:
(vous en voulez du sexe, hein? Vous aimez ça le sexe, hein? j'vais vous montrer ce que c'est du sexe moi... MDR)

Roy avait loué un petit appartement en arrivant. Rien de très luxueux, à peine meublé, trop simple, à la limite de l'insalubrité. Il savait qu'il y avait des travaux à faire. Mais ça pouvait bien attendre.

Il avait caché le corps de sa proie sous sa cape et était monté discrètement dans sa loggia. En entrant dans l'appartement, il ne prit même pas le temps d'allumer la lumière. Il referme consciencieusement la porte et retira son sabre. Il déposa doucement le corps inanimé sur le matelas qui lui servait de couche. Alors seulement dans l'ombre de sa chambre, il retira sa cape et son masque.

La petite créature était toujours inanimée. Il vint s'agenouiller près d'elle et s'inquiéta de sa santé. Rien de grave. Un évanouissement. Il sourit en songeant qu'il faisait souvent cet effet aux femmes et qu'elle était loin de ses peines avec lui. Il lui ferait tourner la tête. A l'aveuglette, il chercha son visage. En glissant ses mains dans ses cheveux, il sentit deux oreilles. Ses mains ne s'attardèrent pas et descendirent à la recherche de partie plus appétissante. Il n'osait allumer la lumière pour la savourer des yeux de peur de la réveiller et d'éveiller sa fureur par la même. A tâtons, il poursuivit son exploration.

Il pencha son visage sur le sien et inspira profondément son odeur. Pourquoi ne parvenait-il pas à se souvenir où il avait déjà sentit ce parfum. Du bout du nez et des lèvres, il parcourut son visage tandis que sa main glissait lentement de sa gorge vers la petite poitrine. A travers les tissus, il sentit deux rondeurs fermes qui tenaient dans le creux de sa main. Il s'en léchait déjà les babines.

Mais la jeune hybride soupira.
Il retira ses mains avec une frustration non retenue et la fixa autant que possible dans cette obscurité croissante, près à la maîtriser fermement à la moindre tentative de fuite.

Romane le Mer 31 Oct 2007 - 17:33 a écrit:
Tout au long du trajet, Romane ne s’était pas réveillée et n’avait pas bougé d’un poil. Lorsque elle fut pausé sur la couche de Roy ses bras se laissaient allez mollement le long de son corps et aucune réaction ne se fit, sa tête restait droite dans son axe sans bouger.

Lorsque Roy se pencha pour humer le parfum de la louve, toujours aucune réaction et lorsqu’il commença à la toucher par réflexe sa peau fut parcouru de frissons et elle fronça légèrement les sourcils dans un léger soupir. Une fois Roy éloigné elle émit une sorte de petit gémissement d’éveil et tourna légèrement la tête sur le côté.

Quand elle fut enfin complètement réveillée, une chose qui semble difficile à savoir puisqu’elle n’ouvrait toujours pas les yeux et que la pièce restait obscure, son cœur se remit à cogner rapidement dans sa poitrine, elle sentait une présence bien trop proche à son gout et reconnaissait l’odeur de celui qui l’avait emmené. Sans geste brusque, avec la douceur dont elle n’a jamais su se défaire elle tenta de se redresser sur les avants bras.


Doucement elle ouvrit enfin la bouche et fit entendre une voie douce, calme et un peu brisée, empreinte à une légère frayeur.

« Je…je ne voulais pas….désolé de vous avoir frappé…. »

Elle releva un peu la tête et tentais de diriger son visage vers celui de son vis-à-vis pour ne pas paraître impolie avant de baisser la tête à nouveau. Ses mouvements pour se redresser étaient un peu maladroit et elle dérapa d’un côté trop fatiguée pour se supporter elle-même.

Roy le Mer 31 Oct 2007 - 17:55 a écrit:
Pauvre créature...
Si faible et à sa merci. Mais il se produisit quelque chose d'étrange lorsqu'il entendit le son de sa voix. Chimère venant du passé, il eut un frisson en songeant à celle qu'il cherchait.

Il l'attrapa par les épaules alors qu'elle s'apprêtait à tomber.
- Hey ma jolie, ce n'est pas le moment de tourner de l'œil.

Il la recoucha et caressa sa joue. Si douce, si douce... il tremblait de désir. Si longtemps...
- De quoi t’excuses-tu? D'avoir était enlevé pour assouvir mes désirs? Désolée ma belle, il a fallu que ça tombe sur toi, mais vois-tu... je suis un homme. Ne t'inquiète pas, tu en auras pour ton compte... Je n'ai pas l'habitude de ne pas honorer dignement celle avec qui je prends mon pied.

Il sortir sa dague qui accrocha un rayon de lune et vint déposer une lumière scintillante sur le coup et les clavières de sa victime. Lentement, il caressa la naissance de ses seins du bout de la lame, avant de découper brusquement et habilement les vêtements de la pauvre créature frémissante.
- Frémit, ma douce, chuchota-t-il... dans quelques instant tu vas crier.

Pourquoi agissait-il ainsi. Ce parfum le rendait fou. En temps normal, il n'aurait pas joué ainsi. Il avait déjà eu affaire à des pros. Mais à défaut de passer sa nuit à chercher le substitut, il avait préféré agir comme un malfrat. Il y trouvait quelque chose de jouissif qui l'excitait d'avantage.

A présent, il pouvait distinguer la chair nue et offerte. Cependant, lorsqu'il la recouvrit de ses mains pour s'en délecter, il rencontra plusieurs imperfections. Ses doigts explorèrent toute la surface avec délicatesse et empressement à la fois.
- Ton corps a été meurtri. Celui qui a fait ne connait rien au plaisir qu'on peut donner et prendre. Détend toi jeune hybride... Ici, la seule chose que tu as à craindre c'est ton propre désir. Je ne prends les femmes que lorsqu'elles me sont totalement abandonnées, soumise par les envies que j'ai provoquées.

Il ne cessait de murmurer, tâchant d'apaiser sa proie, de la rassurer sur ses intentions.
- Belle inconnue, comme moi chassée, ce soir tu vas oublier l'esclave... Redeviens qui tu es... Et tu sauras qui je suis!

Romane le Mer 31 Oct 2007 - 18:34 a écrit:
Elle fut surprise de se voir finalement soutenue par l’inconnu qui la recoucha sans brusquerie. Un léger recule de son visage lorsque celui-ci se mit à caresser sa joue, plus par surprise qu’autre chose puisqu’elle s’était arrêté de bouger au bout d’un moment sans reculer d’avantage. Sur ses paroles elle baissa à nouveau les sourcils et fini par tourner complètement la tête pour écarter sa joue de la main de Roy, ça devait toujours tomber sur elle de toute façon à un moment ou un autre ça n’avait jamais été autrement et elle finissait par reconnaître les hommes à sa façon, pour elle ils étaient tous pareil. Elle ne compris pas la fin de cette phrase et tourna à nouveau la tête vers Roy avec un air interrogatif qui ne pourrait peut-être pas se voir dans la pénombre.

En sentant la froide pointe de la dague elle se crispa légèrement et s’attendait à recevoir une nouvelle marque sur sa peau pâle, finalement elle fut à nouveau surprise qu’il ne s’en prenne qu’a ses vêtement mais à en croire ses paroles ce n’était que le début. De ses mouvements lent et fatigué elle releva doucement un bras pour essayer de la passer sur sa poitrine et la couvrir au mieux mais c’était plutôt vain. Elle tourna la tête sur le côté à nouveau et tentait de contrôler ses appréhensions en calmant avant tout sa respiration. Lorsque Roy passa ses mains sur sa peau et les traces qui y avaient été laissé elle frissonna sans le vouloir et émit un léger sifflement sous ses paroles.

Malgré tout, Roy lui semblait être doux, mais plusieurs l’avaient été parfois au début avant de s’emporter rapidement et de lui faire du mal, peut importe se qu’elle avait à leur dire, peut importe ses plaintes ou ses larmes tout se qui comptait pour eux était leurs propres actes égoïstes. Comment l’un d’entre eux pouvait arriver à lui faire ressentir la moindre envie sur ce plan alors que pour elle ça n’avait toujours été que de la souffrance. D’un air qui se voulait plus dur et plus déterminé, sans trop de succès. Elle fini par dire.


« Je suis qui je suis…et vous…vous n’êtes qu’un homme … »
Se qui voulait bien sur dire pour elle que Roy n’était qu’un homme comme les autres qui ne songeait qu’a son corps sans même se soucier de se qu’elle pouvait en penser et si elle avait pu comprendre pourquoi il la prenait, en vérité sans savoir, elle comprendrait peut-être, mais en avait elle seulement envie.

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 0:23 a écrit:
Roy fut surpris par les propos de sa jeune créature et ne les compris que trop bien. Il resta interdit. Jusqu'alors il était à moitié allongé à ses côtés. Il s'était préparé à l'éventualité d'une gifle ou d'une résistance quelconque et s'apprêtait même à la chevaucher pour mieux la maîtriser si elle s'agitait. Mais au lieu de ça, sa phrase retentissait dans sa tête comme une menace étrange. Après tout, qui était-il pour disposer du corps d'une fille sans lui avoir préalablement demander son avis. Il se releva et rangea vivement son poignard. Il la regarda un instant se cacher comme elle le pouvait. A la fois furieux et réalisant qu'il se devait d'agir ainsi, Roy faisait son possible pour résister à la rage que lui donnait sa frustration. Il donna un coup de pied dans une chaise qui se trouvait là, l'exposant contre un mur. Puis d'un pas pressé revint près de l'hybride. Il tomba à genoux devant elle.
- Tu as raison... C'est dur à avouer... mais tu as parfaitement raison. Je ne suis qu'un homme.

Il prit le drap dont il se servait pour dormir et recouvrit le corps tant désiré. Puis il s'allongea près de sa proie.
- Fut un temps, je n'aurais pas hésité, mais tu as son parfum.

Il se retourna vivement vers elle et plongea sa tête au creux de ses seins, s'imprégnant de son odeur. Encore une fois, ses mains ne résistèrent pas à l'appel voluptueux de sa chaire.
- Pourquoi tu ne te débats pas, jeune victime... Qu'est-ce qui t'empêche de m'estropier, je suis à ta merci et je viole les lois de ton intimité.

Provocation, goujaterie, Roy avait envie de voir les limites de cette jeune femme meurtrie par il ne savait quel passé.
- J'ai tellement envie...
Ses mains osèrent suivre le contour de ses hanches...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 22:28

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 0:44 a écrit:
Ne sentant plus la présence de l’inconnu auprès d’elle, Romane redressa la tête à la recherche de sa position et fit un bon sur la couche en entendant la chaise s’écraser, non sans dégâts contre un mur.

Son cœur battait au gré des pas rapides de l’homme qui se trouvait dans la pièce et qui fut rapidement à nouveau auprès d’elle. Elle serra une main sur sa poitrine et tenta de se calmer en tournant sa tête vers la source de son les oreilles plus que couchés. L’une de ses oreil se leva sous les paroles de Roy et frémit légèrement avant de se recoucher.
Elle fut légèrement surprise et eut un sursaut quand Roy posa le drap qui lui permettait de se couvrir un peu mieux.


«… son parfum… ? »

Elle se saisi à nouveau et resta figée quand Roy se rapprocha plus qu’elle ne l’avait prévu au départ allant jusqu'à mettre son nez sur sa poitrine. Elle avait éloigné sa main dans sa surprise et respirait à nouveau trop vite à son gout, loin d’être par envie mais plutôt par crainte. Néanmoins, elle continuait à l’écouter, était-il maso ? Elle siffla doucement sans le vouloir et tourna la tête sur le côté. Même si ses paroles et ses actes n’étaient pas des plus rassurant elle ressentait pourtant une certaine retenu chez l’inconnu et ça l’étonnait particulièrement, sans doute pensait il à celle dont il avait parlé plu tôt et à qui il vouait un certain respect. Romane avait l’habitude de jouer des rôles pour satisfaire ses maîtres tant que ça se passait mieux pour elle.

Elle fut rapidement sorti de ses pensées par une main un peut trop baladeuse pour elle et s’agrippa par réflex ou poignet de celle-ci. En quelques secondes elle lâcha prise s’étant rendu compte de son geste et sachant que ça ne lui avait jamais rien apporté de bon de résister jusque là. Elle se mordit légèrement la lèvre et ce décida enfin à répondre même si c’était inutile à son sens.


« …Je n’aime pas la violence….plus on se débat…et…plus on souffre…. »

C’était une leçon qu’elle avait apprise au fil des années, on le lui avait d’ailleurs souvent répété au creux de l’oreille dans un souffle chaud et plein d’envie qu’elle ne partageait pas.

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 1:05 a écrit:
Roy se retint encore une fois d'aller plus en avant dans ses gestes, pourtant sa main venait d'approcher le sanctuaire des plaisirs interdit. A peine avait-il frôlé cet antre qu'elle avait retenu son geste. Il retira sa main. Sa tête reposait sur sa douce poitrine et ses doigts finirent par venir jouer avec ses cheveux.
- Qui t'a fait du mal? Les hommes, je me doute... Mais combien ont-il été à fouler du pied ta pureté, à souiller de leur main ton corps, à détruire ta beauté, à te soumettre à leur volonté. Je ne sais pas... Si tu t'étais débattu est-ce que j'aurais agit comme eux? J'en doute. Les femmes avec qui je couche ne me résistent pas, parce que je les paye cher et qu'elle prenne leur pied.

Il roula le long de son épaule et s'allongea sur le dos près d'elle. Passant les mains derrière la tête, il ferma les yeux et continua:
- Je n'aurais pas du faire ça... Pardonne moi... C'est ton odeur... Elle appelle en moi un désir trop longtemps refoulé. Mais tu n'es ni elle, ni de ses filles qu'on paye pour son bon plaisir.

Il se redressa et s'assit, n'osant la regardait. Il porta sa main à son bassin. Son sexe lui brûlait, ardant de désir. Il soupira et se moqua de lui-même.
- J'suis ridicule pas vrai? Pourtant je suis un vrai gentleman... je suis sûr que tu aurais aimé. Aller va, c'est pas grave. TU peux dormir tranquille, je t'embêterais pas et puis ici tu seras au chaud pour la nuit. Demain je te filerai des fringues et tu mangeras un morceau. Pour le moment, y a pas grand chose dans l'appart. Je viens d'arriver. Ça fait presque 7 ans que j'ai pas mis les pieds ici.

Il se tourna vers la jeune fille et la borda de nouveau, frôlant sa peau de pêche. Puis il passa sa main sur sa joue et culpabilisa en la sentant humide. Alors il s'accouda près d'elle et se mit à caresser ses cheveux. Peu à peu sans s'en rendre compte, il se mit à fredonner cet air que sa mère lui chantait quand il était môme. Il se souvint l'avoir chanté à Romane alors qu'elle n'était qu'un bébé apeuré. Sa voix frémit, trembla et le chant finit par se brisé. Roy laissa retombé sa tête sur son bras et ferma les yeux, rejettant au loin ses souvenirs douloureux.

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 1:26 a écrit:
Elle commençait à être perdue, elle s’attendait plus à un coup à cause de son geste plutôt que Roy ne s’arrête et éloigne sa main simplement.

« Je n’ai … ni compté les personnes….ni les années … parfois ça leur plaisait encore plus que je me débatte»
Elle se redressa un rien et tourna son visage vers lui, elle ne comprenait toujours pas cette histoire de paye et inclina légèrement la tête sur le côté avec son air interrogatif.
Par réflexe sa tête suivait les mouvements de Roy qui se mit assis et petit à petit ses paupières s’entrouvraient sans laisser voir ses yeux. Cette fois elle était complètement perdue, c’était bien la première fois qu’on agissait ainsi avec elle et elle serra sa main sur le bord du drap pour le remonter sur son épaule. Dormir tranquille ? Avec un homme dans la pièce ? C’était une chose impossible pour elle, même si elle le voulait. Ses oreilles se relevaient d’elles même et pointèrent enfin au dessus de sa tête.


Elle ne s’était même pas rendu compte, comme à chaque fois maintenant, qu’une larme avait tracé sa joue. Elle resta finalement tranquillement allongée et préférait écouter se que Roy avait dit. L’une de ses oreille frémit au passage de la main de Roy a proximité de celle-ci puis encore une fois lorsqu’il se mit a fredonner. Cet air, elle le connaissait, du moins comme une impression de déjà vu, mais où et quand, ça remontait à loin et comme elle avait pour habitude de faire le vide le plus souvent possible dans son esprit ses souvenirs étaient plutôt difficiles à retrouver. Pourtant, curieusement, cette douce mélodie que fredonnait l’inconnu auprès d’elle semblait l’apaisée, son cœur battait normalement, sa respiration était calme et elle commençait à se laisser aller.

Après un petit temps son oreille remarqua un changement dans l’air et Romane redressa la tête en ouvrant complètement les yeux cette fois mais sans vraiment regarder Roy. Elle se sentait un peu mal et pourtant il n’y avait pas de quoi de son côté. Elle se rapprocha un peu d’elle-même de Roy délaissant le drap au passage et chercha son visage d’une main les yeux mis clos à présent dans un rayon de lune qui perçait dans la pièce.


« …vous permettez…que je sente votre visage ?... »


Elle avait ça sans trop y penser, alors que Roy essayait de se débarrasser de ses souvenir, de vagues pensées lui revinrent en mémoire de son côté, cette mélodie, cette odeur et même cette voix maintenant qu’elle y pensait, elles les connaissaient mais quand à savoir d’où ça lui venait, il lui fallait un maximum d’indices.

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 1:41 a écrit:
- Vas-y, si ça peut te rassurer sur mes intentions.

En disant cela, Roy pensa alors que de la sentir le toucher raviverait sa douleur masculine au bas ventre, mais il faudrait qu'il se contrôle. Cela faisait trop longtemps qu'il en avait envie. Il décida alors que si elle cédait à la tentation après l'avoir toucher... Cette idée était plaisante en effet. Il songeait même au bien fou qu'allaient lui faire les caresses qu'elle s'apprêtait à lui donner. Le contact de ses doigts sur ses traits et la douceur avec laquelle elle les parcourait... Roy se détendit d'un coup, relâchant tous ses muscles. Il en avait presque chaud.

Le bout de ses doigts se promenerait ainsi de son menton à ses lèvres qui ne pourrait s'empêcher de les baiser. Il se voyait ouvrir légèrement la bouche laissant s'échapper un soupir d'aise. Les doigts fileraient ensuite le long de sa mâchoire, creusant sa joue et remontant le long de son arrête nasale, fine et dessinée. Puis ils redescendraient sous les yeux se promenant jusqu'à ses tempes avant de se posait délicatement sur ses paupières closes. Drôle de sensation que cela devait être... Palper une orbite vide quand l'autre voit encore. Il sourit pour lui-même.
- N'ai pas peur de mon oeil... ça ne fait plus mal! Je ne sens rien ici.

Il prit alors les mains de la belle et les posa sur son visage, voulant les guider, mais finalement lui laissa le loisir de le découvrir. Drôle d'idée d'ailleurs de vouloir le caresser ainsi à l'aveugle... Il est vrai qu'il faisait nuit à présent et on ne voyait plus rien. Peut être aurait-il du allumer la lumière?
Elle aurait eut moins peur.

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 2:02 a écrit:
Romane laissa Roy guider ses main et les poser sur son visage, les yeux de la louve se refermèrent et elle se concentré les mains légèrement tremblantes au début, elle prit une profonde inspiration et posa le bout de ses doigts sur les extrémités de la mâchoire inférieur, les bouts de ses pouces reposants presque sur les lèvres de Roy en les frôlant. Puis doucement ses doigts rejoignirent ses pouce pour remonter doucement sur le visage de l’hybride, attentive au moindre trait de son visage elle parcoure celui-ci centimètre par centimètre avec minutie sans se laisser distraire.

Elle remonta le long de l’arrête de son nez et fit doucement glisser ses mains de chaque côté pour frôlant les arcades et descendre vers les yeux où elle s’attendait simplement à senti deux paupière fermés, lorsque sa main gauche rencontra le bandeau qui recouvrait l’œil manquant de Roy elle fut surprise et en éloigna sa main un instant. Quelques souvenirs s’entremêlaient dans sa tête dont certains qu’elle aurait préféré oublier et elle mit ses mains sur son propre visage en se reculant. Elle était loin d’être effrayée par l’éventuelle blessure de Roy qu’elle ne pouvait de toute façon voir, loin de là mais elle se sentait encore plus perdue et le pauvre aurait peut-être pu croire qu’elle fut dégoutée de sa découverte. Quand elle s’en rendit compte elle déglutit et repris doucement ses esprit avant de s’adresser à Roy d’une voix basse et tremblante.


« Qu’est ce qui vous est arrivé… »

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 22:35

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 2:22 a écrit:
Roy rouvrit son oeil et tendit la main pour attraper la sienne. Instinctivement il la porta à ses lèvres et déposa un baiser dans le creux de sa paume.
- Rien de très heureux. Une bagarre qui a mal tourné... il y a bien longtemps de ça! A cause d’une fille que je n'avais pas su protéger comme il faut.

L'histoire était plus complexe que ça, mais à quoi bon remuer ce passé qui s'évertuait à resurgir. Pourquoi cette nuit se voulait-elle si empreinte de ses souvenirs ? A moins que... non c'était ridicule. Cette fille ne pouvait être que l'ombre portée de ses fantasmes les plus fous.
"Tu divagues, mon gars... redescend sur terre. Tu as perdu Romane, il y a trop longtemps de cela. A l'heure qu'il est, elle t'a forcement oublié"

De nouveau il soupira, le cœur lourd. Il tenait toujours cette fine main entre ses doigts.
- Ne t'arrête pas, je t'en pris... tu n'as pas à avoir peur de moi... Et puis... Si jamais je te semble si répugnant, tu n'auras qu'à m'arracher l'autre...

Il rigola bêtement. Bien sûr, si elle n'avait, ne serait-ce que tenté de le faire, il se serait empressé de lui faire regretter son geste. Sa dague était toujours vive à réagir lorsqu'il le fallait. Peut être par sadisme, il n'aurait su le dire, il poursuivit cette description particulièrement répugnante... Il comprit qu'il exorcisait, qu'il extériorisait ses souvenirs qui le hantaient pour mieux finir cette nuit sans cauchemar, pour une fois. Cette fois il guida la main de l'hybride fermement.
- Tu vois, c'est simple, ça peut te servir. Il te suffit de presser sur le contour du globe oculaire de cette façon et de le tirer brusquement à toi. Pourvu que tu aies des ongles, le résultat sera encore plus rapide et parfait. Le type qui m'a fait ça a prit sont temps pour que j'en souffre. A chacun sa méthode.

Il lui faisait répéter le geste du Duc en douceur, insistant sur les détails de l'opération. Lorsque le souvenir devint plus douloureux et que Roy sentit son cœur se briser, anéanti par cette fameuse nuit, il fit glisser sa main le long de sa joue, laissant retomber sa tête. Ses cheveux vinrent caresser leurs mains jointes avant qu'il ne la laisse choir tristement.

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 10:43 a écrit:
Le premier geste de Roy n’ayant rien de vraiment dérangeant, elle le laissa faire et écoutait plus qu’attentivement sa réponse. Elle inclina la tête sur le côté et semblait presque le regarder si ses yeux n’étaient pas clos. La suite lui plaisait déjà moins, non pas que ça la dérangeait de continuer puisqu’elle s’était interrompue mais les propos de l’autre hybride étaient dégoutants et rien que d’y penser elle eut un gros frisson qui lui parcouru l’échine.

Elle l’entendre rire, elle ne fut qu’à moitié soulagée, c’est qu’il avait des pensées vraiment morbides qui ne lui plaisaient gère. Elle laissa donc Roy guider sa main sur son visage et celui-ci semblait insister pour qu’elle s’attarde autour de son œil valide allant jusqu'à lui expliquer la meilleure méthode pour le lui extraire tout comme l’autre.

La main de la louve se crispa sans celle de Roy qui la maintenant plus fermement cette fois, elle ne pouvait néanmoins pas s’empêcher d’écouter se qu’il avait à dire, cette méthode elle la connaissait bien pour avoir assisté à un tel acte il y’a bien longtemps maintenant, elle s’apprêtait à lui demander d’arrêter quand elle senti sa main glisser le long de la joue de Roy. Elle le fit lâcher et remis sa main d’elle-même sur la joue de Roy mettant même la seconde sur l’autre joue pour tourner son visage vers elle. Elle affichait une mine pleine de mélancolie, à la fois triste et incertaine elle se décida en buttant un peu sur le seul mot qu’elle avait à dire.


« ..R…Roy…. »
Elle laissa ses mains sur les joues de l’hybride, elle avait peur de se tromper et en même temps elle espérant que ça ne soit pas juste un de ces rêve farceur qui s’éteindrait à son réveil pour l’abandonner un nouveau. Ses yeux jusqu'à présent mis clos s’ouvrirent un peu plus comme pour chercher le demi-regard de l’inconnu qui n’en était peut-être plus un en fin de compte, ses prunelles d’or ressortant dans le rayon de lune perçant qu’une larme naissante faisait briller

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 11:04 a écrit:
Mais que faisait-elle? Avait-elle enfin succombait à ses charmes... Allait-elle céder à ses avances douteuses. Un instant, Roy se mit à espérer qu'il pourrait combler son appétit sexuel ce soir. Elle le prenait en pitié. Mais quelque chose n'allait pas. Ce parfum entêtant...

Lorsqu'elle redressa son visage, il la laissa faire. Ses traits se dessinaient vaguement dans l'obscurité. Roy se mit à trembler... Elle lui ressemblait tant.

ROY

Elle avait prononcé son prénom. Il resta interdit, faisant un bon en arrière, il manquant de se cogner contre le mur. Alors il vit apparaître deux perles dorées, qui irisait dans la nuit.

- Impossible... Tu ne peux pas être elle... Tu...

Il se leva violemment, fébrile, et courut allumer la lumière. Ce petit jeu n'avait que trop duré. Il était temps d'y mettre un terme. Le retour de la clarté fut brusque et Roy du fermer son oeil pour ne pas s'aveugler. De son bras, il se cachait le visage, tâchant de s'accoutumer à la lumière.
Alors seulement il se retourna. La jeune louve était assise sur le vulgaire matelas qui lui servait de lit et avait suivit son mouvement. Inquiète, elle regardait dans sa direction. Roy recula et tomba maladroitement à terre.

- Réveille toi, mon vieux, tu délires à bloc...

Il se fila lui-même une gifle. Il resta un instant à la regarder sans comprendre avant de se traîner jusqu'à elle. Lorsqu'il lui fit face, il tendit la main vers son petit nez et y posa le doigt comme il avait l'habitude de faire auparavant pour lui faire baisser les yeux. Il appliqua la même pression que quelques années auparavant pour reproduire ce souvenir simple. C'est à ce moment qu'il eut la force de prononcer son nom, trop longtemps englouti au fond de lui-même:

- Romane

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 11:19 a écrit:
Lorsque Roy fit un bon en arrière, Romane sursauta et se recula un peu de son côté les yeux ouverts mais de nouveau couverts par l’obscurité sans que Roy ai pu vraiment la détailler correctement. Croyant avoir dit ou fait une bêtise elle serra à nouveau le bord du drap entre ses mains pour se couvrir en se mordillant nerveusement la lèvre. Elle baissa d’abord là tête et les oreilles sans trop écouter se qu’il avait à dire.

Lorsque Roy alluma la lumière ses yeux se refermèrent rapidement, elle avait beau ne pas bien voir, l’éclat avait été agressif pour elle aussi. Elle attendit que ses yeux se fassent à cette clarté et releva doucement la tête en direction de Roy, ses oreilles ne suivaient pas le mouvement et restaient couchés sur sa tête. Tout en relevant la tête elle tourna son regard mi clos vers le bruit sourd qu’avait provoqué Roy en se laissant presque tomber. Elle eut un nouveau sursaut de surprise en l’entendant s’infliger lui-même une gifle comme un enfant qui se pince pour vérifier qu’il ne rêve pas ou pour se remettre les idées en place.

Quand il revint vers elle, elle serra les paupières et baissa la tête en sifflant doucement de crainte qu’il ne lui en mette une à elle aussi sans chercher à savoir si elle en méritait une ou non, elle n’avait jamais cherché à savoir en même temps elle n’avait pas d’autre choix que de les prendre de tout façon. Roy posa simplement le bout de son doigts sur le bout de son nez et elle se décrispa, ses deux oreilles se redressant d’un coup toute les deux, elle resta perplexe un court instant alors que ses yeux se rouvraient doucement, elle y voyait plus que trouble comme si elle avait le regard plongé dans l’eau mais une image lui revint. Deux enfants qui jouent sans se soucier du reste malgré leur vie misérable et qui emplissent ce grand manoir froid de leurs rires. Comme par réflex, comme si ses yeux avaient eux aussi gardé ce souvenir, son regard ce baissa vers le doigt posé et la fit légèrement loucher.

Et lorsque enfin il tenta sa chance à son tour pour prononcer son nom, ses yeux en même temps que ses oreilles remontèrent vers se qui devait être le visage de l’hybride montrant qu’elle s’était reconnu mais sans rien oser dire.

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 12:49 a écrit:
Ne pouvant attendre d'avantage ce qu'il avait esperé pendant des années, il s'approcha d'elle et l'enserra dans ses bras, faisant de son corps la plus sûre des armures.
- Comment ai-je pu... ?

L'abandonner? oser vouloir la "violer"? Non jamais il n'aurait fait ça!
Ses mains tenaient précieusement sa tête, ses doigts s'insinuaient entre ses mèches de cheveux soyeux. Puis l'une d'elle glissa le long de son échine, caressant doucement le bas de ses reins. Elle était de nouveau torse nu devant lui, mais son malin désir s'était transformé en cet amour fraternel qu'il avait toujours éprouvé pour elle, si fort et si fusionnel qu'il n'avait jamais osé lui avouer, sauf dans ce petit message qu'il lui avait laissé. A présent le temps pouvait s'arrêter... Elle était vivante et lui pouvait mourir en paix en la protégeant comme il avait toujours essayé de le faire.

- Pardonne moi Romane... Sauras-tu le faire? Je ne suis qu'un piètre...

Ami? Frère? Amour? Qu'était-il au juste à présent pour elle. Comment le considérait-elle?
Il trembla de tout son être, retenant un sanglot qui affluait avec force. Non... pas une larme, pas maintenant, trop de faiblesse qu'il avait contenu ses années durant pour devenir ce froid mercenaire. Il devait rester cette brute misérable et mesquine toujours prête à humilier, à jouir ou à tuer quand il le falait. Pour elle, il tuerait la terre entière. Pour elle, il se tuerait lui-même.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 22:43

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 13:10 a écrit:
A peine ut elle relevé la tête que Roy la pris dans ses bras, Romane n’avait même pas réagit, elle s’était juste un peu figé sous son geste, même calme. Elle le laissait faire, elle le laissait lui ramener ses souvenirs du passer sans bouger. Pendant un petit moment elle ne ressentait rien, ni peine ni joie, c’était le vide total ou alors peut-être trop d’émotion en même temps pour parvenir à les définir. Lorsque l’une des mains de Roy descendit sur ses reins elle se crispa et non pas par réflex mais par crainte, une crainte qui lui resterait surement longtemps et pour qui que ce soit.

Elle écoutait d’une oreille attentive ses excuses, mais à quoi pouvait bien servir les excuses, se qui était fait était fait et lui accorder son pardon n’y changerait rien, si ce n’est peut –être le déculpabiliser. Sur le coup elle n’avait pas envie de lui pardonner elle restait inerte et vide, les yeux ouverts mais vide eux aussi ne voyait que des formes troubles.

Mais lorsque ‘elle le sentit trembler contre elle, elle s’adouci légèrement, sans trop savoir pourquoi, peut-être était elle trop gentille mais sentir Roy dans cet état lui faisait se sentir mal elle aussi, après tout, durant toute son enfance il avait été son grand frère et son protecteur et comment aurait il pu savoir que de la tirer des griffes du Duc pourrait peut-être empirer les choses. Personne n’aurait pu savoir si ça avait été pire ou mieux pour elle finalement.

Finalement elle passa l’un de ses bras dans le dos de Roy, non sans mal et sans hésitation mais elle continua son geste jusqu’au bout malgré tout, respirant à peine. Ce n’était pas lui qui lui faisait peur, d’ailleurs était ce vraiment de la peur, mais se qu’il était et se qu’elle avait pu voir de lui depuis leur retrouvailles sans savoir, en même temps elle avait vu bien pire et ça aurait pu l’être aussi.


« …c’est rien…. »

Elle déposa doucement sa tête sur l’épaule de Roy et referma les yeux, non pas par aise mais perce qu’elle ne voulait à nouveau plus voir, rester dans sa bulle, faire comme si tout allait bien. Se refermer comme un écrin qui protège une âme meurtrie

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 13:24 a écrit:
- NOn Romane, ce n'est pas rien. Je n'aurais jamais du te laisser seule. Ses traces sur ton corps... Que t'ont-il fait? Que t'est-il arrivé? Qui a osé te faire du mal? Dit moi tout que je te venge.

Il s'écarta et l'examina, posant ses yeux sur chaque parcelles de son corps à demi nu. Une main hésitante, eut envie de carresser chaque cicatrices comme si elle pouvait les effacer par son toucher, mais il la retint. Ses lèvres brûlaient de vouloi embrasser chaque centimètres de peau. Il finit par prendre sa tête à deux mains.
- Il ne t'arrivera plus rien à présent, j'en fais le serment. J'espère être digne de cette promesse. J'ai passé ses dernières années à devenir ce que je suis aujourd'hui : Un homme certe, un homme avide de vengeance, un être fort et près à détruire tout ce qui se mettra en travers de ta route.

Il posa un baiser ardent sur son front retenant son envie fébrile de poursuivre ses attentions.
- On va tout reprendre depuis le départ. Je prendrais soin de toi comme avant, mais je ne serais plus aveugle comme j'ai pu l'être lorsque tu as grandi... Ouvre les yeux Romane, je t'en prie...

POurquoi le fuyait-elle? elle était distante. Les retrouvailles ne se passaient comme il les avaient toujours rêvé. Le reconnaissait-elle seulement?
- Regarde-moi Romane! Je suis toujours celui que tu as connu, j'ai juste grandi et j'ai appris à te défendre. Mais mon coeur est le même. Il n'a cessé de t'appartenir.

Il lui prit la main et la posa sur son torse. Il finit par la faire passer sous son t-shirt pour qu'elle puisse toucher sa peau, elle aussi meurtri, et sentir à même les battements de son coeur.
- Arrache-le moi si tu ne me reconnais pas... Arrache-le moi si tu n'en veux pas. Il ne sert à rien sans toi.

Elle était si calme, il était si bouleversé. Roy ne pouvait s'empecher de parler, d'essayer de comprendre... Il voulait tout savoir d'elle, le meilleur comme le pire !

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 13:54 a écrit:
Elle fit de son mieux pour garder l’écrin fermé, mais les mots de vengeances lui firent froncer les sourcils. Qu’est ce que ça pouvait lui apporter, encore une fois à lui juste de quoi se déculpabiliser et à elle, ça n’effacerait jamais ses marques physiques et mentales.
Une fois qu’il fut écarté légèrement elle put sentir son regard sur elle et baisse la tête en la tournant légèrement jusqu'à se qu’il la reprenne entre ses mains.


« …je n’en veux pas…. Qu’est ce que apporterait…la vengeance »
Même le mot ne lui plaisait pas, ça n’apportait jamais rien de bon et la haine ne servait qu’a se consumer un peu plus chaque jour, c’est pourquoi elle avait laissé tombé ce sentiment depuis bien longtemps, comme beaucoup d’autres d’ailleurs.

« Le passé n’est pas fait pour appartenir au présent…. »
Elle ne cherchait ni ç lui faire du mal ou même à être méchante, les paroles sortaient automatiquement, comme un système de défense pour éviter tout espoir vain, elle restait dans son mutisme et gardait les yeux clos. Elle avait bien reconnu son grand frère, grâce à ses traits de visage, à ce souvenir de cet œil arraché par leur ennemi commun, mais surement pas par sa façon d’agir au début et s’il n’avait pas réalisé que c’était elle, comment aurait il agit par la suite… Elle gardait sa tête en face de celle de Roy mais ses paupières restaient baissées.

« Ca fait longtemps que mes yeux refuses de voir… »
Elle laissa Roy guider sa main jusqu'à se qu’elle sente un contacte avec sa peau, sur le coup elle se crispa et tenta d’éloigner sa main sans trop grande conviction pour ne pas le fâcher.

*...autant que ton œil…je n’en veux pas….je ne suis même pas capable de me servir du mien, que ferais-je de celui d’un autre…. *
Elle porta son autre main à sa tempe et fronça les sourcille, des souvenirs, encore, mais encore moins joyeux cette fois, cet imbécile de Duc qui s’était bien souvent joué du peu de sentiments qu’elle arrivait à garder pour proférer des menaces si elle tentait de s’éloigner de lui. Contre lui-même ou contre Roy ça fonctionnait de toute façon, stupide conscience qu’elle pouvait avoir s’imaginer que quelqu’un pouvait se tuer à cause d’elle ne pouvait lui faire que du mal, et quel mal.

Elle se mit alors à penser encore et encore à tout se qu’avait pu lui dire le Duc et fini par penser à haute voix sans même s’en rendre compte les yeux s’ouvrant, le regard vitreux et lointain, aussi vide que précédemment

« Si je ne peux t’avoir….personne ne t’aura… »
Elle sembla soudain fixer Roy de ses yeux d’or

« …Je ne veux pas te mettre en danger…. »
petite preuve qu'elle l'avait reconnu, c'est qu'elle ne le voyvoyait plus

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 14:20 a écrit:
- En danger? Il y a bien longtemps que je suis en danger, depuis ma naissance. J'ai commis tellement de crime, j'ai fait tellement d'horreur que bien des gens souhaitent ma mort. A commencer par le Duc. Mais tant que je vivrais, je n'aurais toujours qu'un seul objectif... Prendre soin de toi!

Il passa doucement ses doigts sur ses paupières.
- Regarde moi je t'en prie... dit moi que c'est faux, dit moi que tu me vois comme avant.

Il contenait des larmes qui se faisaient de plus en plus pressante.
- Je... je ne t'aurais pas fait de mal. Je ne suis pas comme ça. Je dois avoué que j'ai payé des femmes pour qu'elle couche avec moi, mais je n'en ai jamais violenté aucune. Ton parfum m'a rendu fou. J'ai pensé que j'aurais pu te convaincre de partagé ma nuit avant de savoir qui tu étaits vraiment. En général, j'arrive toujours à faire plier les résistante par de subtil et malicieux moyen. Rien de violent rassure toi. Sur une femme je ne peux pas. A cause de toi et de ce que tu as vécu. Mais j'ai toujours cette haine, cette frustration que le Duc ait obtenu par la force ce que je voulais par la douceur. Qu'il t'ait fait du mal là où je te voulais du bien. J'aurais aimé être le premier pour t'éviter de souffrir, j'aurais aimé l'empecher d'abuser de toi. Mais je n'ai rien vu venir...

Il enleva son t-shirt. Lui aussi était couvert de cicatrices, anciennes et récente.
- Crois-moi ou pas. Maintenant je vais m'occuper de toi. Je m'éfforcerai de te rendre la vie douce. Tu n'auras plus de maître, tout comme moi.

A en croire son attitude, Romane semblait avoir oublié qui il avait été et n'avait pas été convaincue par leur premier contact. Après tout il y avait de quoi ! Il se mordit la lèvre jusqu'au sang réprimant la colère qui montait en lui. Roy s'en voulait d'avoir agit ainsi. A présent, sa quête s'achevait sur un échec. Jamais Romane ne voudrait lui pardonner ce qu'il avait fait il y a 7 ans et ce qu'il avait osé faire cette nuit. Un misérable, rien de plus!

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 14:53 a écrit:
Quand Roy passa, avec douceur, ses doigts sur les paupières mis closes de Romane celle-ci n’eut aucun mouvement de recule mais ses paupière se refermèrent complètement.

« Je ne voie que des formes et la lumière… et je ne veux rien voir d’autre»
Elle comprenait enfin cette histoire d’argent en échange de plaisir, alors il y avait des femmes qui se faisaient payé pour ça ? Elles devaient être folles ou complètement désespérée étant donné l’image que Romane s’en faisait, elle n’avait jamais été payé pour quoi que ce soit mais par contre ceux qui la gardaient en captivité ramassait le pactole sur son dos. Elle venait justement de se rendre compte que pour la première fois elle avait gagné sur ce jeu, Roy avait abandonné de son côté et n’avait pas insisté, elle se sentait un peu mal, seulement parce qu’elle n’y était pas habitué et pris une des mains de Roy entre les siennes avant de dire d’une voix tremblante de crainte des représailles si elle ne faisait pas plaisir d’elle-même.

« …vous auriez préféré que je le face ?... »
Sans s’en rendre compte elle avait de nouveau vouvoyé Roy, se qui le ramenait automatiquement comme au début au rang du dominant qui avait tout droit sur elle et non plus au grand frère protecteur, elle garda la main de Roy entre les siennes sans trop se rendre compte de son changement de comportement, emprise de son système de défense qui commençait à dégénérer.

Elle le laissa enlever son haut et posa ses deux mains fines sur le torse de Roy, elle n’écoutait plus rien de se qu’il pouvait dire, tout se qui comptait s’était de se faire « pardonner » de son « insolence » envers son « nouveau Maître ». Elle laissa glisser ses mains sur le torse de Roy passant fébrilement sur les traces qui le marquaient du bout des doigts et se retrouva rapidement au bas ventre.


« …je ne me débattrai que si vous me le demandez… »
Elle gardait une légère mélancolie sur son visage mais elle était trop enfermée dans sa bulle protectrice pour réaliser l’impacte de ses actions, de ses gestes ou de ses paroles sur Roy. Que l’effet soit négatif ou positif.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 23:06

Roy le Jeu 1 Nov 2007 - 15:29 a écrit:
- Qu'est-ce que tu fais? Arrête Romane... Jamais je ne pourrais te faire du mal!

Elle jouait avec ses sens et ravivait la flamme qu'il tentait désésperement d'éteindre.
- Tu joues avec le feu... JE ne veux pas...

Il attrapa ses mains.
- Stop !

Il souffla doucement
"calme toi Roy..."

- Pourquoi tu me vouvoyes. Je ne suis pas un de ces connard de maître qui abuserait de toi. Je ne le ferais que dans la mesure où tu te sens prête à m'accueillir.

Il se souvint alors qu'une des prostitués qu'il s'était tappé avait exactement la même attitude qu'elle. Le type qui lui avait proposé de coucher avec son esclave ignorait alors qu'il était lui même hybride. Ce gus voyageait de ville en ville avec son "harem" qu'il offrait au plus offrant. Il se souvint aussi que le type lui avait filé sa carte. A l'occasion il la rtrouverait pour lui casser la gueule.

Ce souvenir lui fit deviner ce que Romane avait du être en son absence. Quelle tragédie?
- Pas toi...

Il la prit de nouveau dans ses bras.
- Je suis un monstre...

Roy la berça doucement, l'attirant encore à lui.

Romane le Jeu 1 Nov 2007 - 15:48 a écrit:
[5 lignes complettes minimum, n'oublie pas Roy]

L'entendre prononcer son prénom la fit tiquer légèrement et ses main se stoppèrent à temps alors qu’elle relevait la tête, les deux oreilles dressés, personne ne prononçait son prénom, c’est à peine si on le connaissait bien souvent. Roy pris ses mains et elle se laissa faire sans broncher, sans même la moindre grimace. Malheureusement il n’y que la moitié des paroles de Roy qui passaient dans sa tête elle écoutait mais n’entendait pas.

« …pardon…je devrais vous laisser faire… »
L’état de Roy ne semblait pas la toucher, d’ailleurs rien ne semblait la toucher à pare le rôle qu’elle se devait de jouer pour éviter le moindre châtiment, un rôle qui était devenu un automatisme chez elle et qui ne lui donnait pas l’occasion de réfléchir à se qu’elle faisait, tout se qui comptait c’était de satisfaire son vis-à-vis du moment, homme ou femme, humain ou hybride, Maître ou esclave… Elle avait joué pas mal de rôle parfois certains étaient bien étranges selon les envies qui passaient par la tête de ceux qui la tenaient entre ses mains.

Le seul mouvement qu’elle eut lorsque Roy la pris dans ses bras c’est sa queue qui battait calmement l’air avant de venir se poser contre Roy en passant à côté d’elle.


« Vous n’allez pas bien ?....Je peux faire quelque chose ?... »
Sa queue touffue continuait à battre l’air et venait se frotter de temps en temps contre le flan de Roy d’une façon apaisante comme une caresse.

« …Je suis là… »
Il était parfois difficile de décelé de la conscience dans ce genre de phrase, elle l’avait dit comme une mère console son enfant mais pourtant rien dans son état ne laissait croire qu’elle essayait vraiment de consoler pour se que ça voulait dire mais plutôt pour la forme.

Roy le Ven 2 Nov 2007 - 1:01 a écrit:
[ Toutes mes lignes ne sont peut être pas complète, mais mon post fait plus de 5 lignes (largement plus) et permet de rebondir... je ne mérite pas l'avertissement que tu m'as fait!!! Sad ]

L'attitude de ROmane commençait à le rendre dingue. Pourquoi s'évertuait-elle à jouer ce rôle qui ne lui convenait absolument pas? Elle se vengeait sûrement de ce qu'il avait faillit lui faire subir en début de soirée. Il s'en voulait tellement, mais c'était de bonne guerre de le lui rappeler. Après tout, elle avait du souffrir atrocement depuis leur séparation. Lui qui pensait qu'à l'hôpital on aurait pris soin d'elle. Il ne sut quoi dire ou quoi faire. Il ne la reconnaissait plus.

Lorsqu'elle ouvrit de nouveau la bouche pour agir et parler comme une esclave, l'empêcha d'en dire d'avantage. Il lui fit enfiler son t-shirt et la remit doucement sous les draps. Puis il passa une dernière fois la main dans ses cheveux:
- Dors maintenant. Ça suffit! Ce petit jeu n'a que trop duré!

Alors il se leva, alla éteindre la lumière et se dirigea vers la fenêtre. Dehors la lune illuminait la ville, masquée de temps à autre par un nuage furtif. Il prit son sabre à terre et le sortit du fourreau. Observant la lame, il se demanda qui serait le prochain à goûter au fil de son épée.
Il s'entraîna un peu en silence, faisait virevolter la lame autour de lui. Pendant qu'il enchaînait les mouvements de plus en plus vif, ne pouvait faire abstraction de la louve et de son état. Avait-elle perdu la raison en plus de la vue? Allait-elle lui revenir telle qu'il espérait la retrouver? Il ne parvint pas a resté concentré sur ses gestes, trop préoccupé qu'il était. La lame passa trop près de son abdomen et l'entailla sérieusement. Il avait la réponse!
Il ne prit pas la peine de nettoyer le sabre et le rangea dans son fourreau. Roy réprima une grimace en voyant la plaie. Profonde, mais pas mortelle. Encore une cicatrice! Il soupira brusquement, contrarié par sa bêtise. Puis il se leva et alla chercher de quoi se désinfecter et bander la blessure. Quel stupide anima! Il se mordit fortement la lèvre pour ne pas crier au contact de l'alcool et recouvrit son ventre d'un bandage en lin.

Alors seulement, il considéra qu'il était temps de dormir et il alla s'allonger à terre, près du matelas où dormait Romane, se couvrant de sa cape.
Son oeil unique resta un long moment rivé au plafond... avant de se fermer.

[et puis tu as de la chance... au moins j'ai des choses à te raconter, même dans un post à courtes, mais multiples lignes!!! ]

Romane le Ven 2 Nov 2007 - 2:44 a écrit:
Avant même qu’elle n’ai pu rouvrir la bouche, elle se retrouva la tête passée dan le trou d’un vêtement, elle baissa complètement celui-ci pour libérer son visage et plaça ses bras correctement à travers les manches. Elle restait surprise les hommes avaient pour habitude de la dévêtir, pas de la rhabiller. Elle reprit le drap entre ses main et se blotti en dessous en s’allongeant correctement, soumise à se que lui disait Roy, elle gardait les yeux fermés.

Elle ne dormait pas et écoutait se qui pouvait se passer dans la pièces, l’une de ses oreilles suivait les sons que procuraient les mouvements de Roy et ceux de la lame qui fendait l’air. Elle entendit un son différent qui lui fit abaisser l’oreille puis plus grand chose mais l’odeur du sang lui parvenait, elle grimaça légèrement et remonta le drap jusqu'à se couvrit la moitié du visage faisant mine de dormir pendant que Roy se soignait.

Lorsqu’il vint se coucher au sol non loi d’elle, elle eut une légère pensée quand à son confort, habituellement c’était l’inverse, c’était elle qui dormait u sol comme un brave animal et les Maître sur la couche, elle n’allait pas se plaindre non plus. Ces oreilles cessèrent tout mouvement et elle commençait à ne plus pouvoir lutter contre son sommeil, curieusement, sentir la présence de Roy prêt d’elle semblait la rassurer et elle finit par se laisser tomber dans les bras de Morphée.

Au cours de la nuit, une de ses mains s’échappa dessous le drap en direction de Roy sans le toucher, qui sait, avec du temps elle finirait peut-être par laisser tomber sa bulle protectrice pour laisser son grand frère la remplacer.

Roy le Lun 5 Nov 2007 - 10:39 a écrit:
La nuit fut longue et Roy ne dormit que d'un œil. Difficile quand il n'en reste qu'un. Autant dire que le réveil fut difficile. Entre les courbatures, les cernes et le mal de crâne, il était dans un sale état. Il aurait préféré ne pas dormir. La nuit lui aurait paru moins longue et surtout moins éprouvante. Lorsqu'il ouvrit les yeux, le soleil se lavait à peine. Il se redressa et réprima un grognement de douleur. Sa plaie à l'abdomen... il l'avait oubliée celle-là. Alors qu'il contractait les abdominaux, il vit son pansement prendre une teinte rouge. "Et merde..." Il prit alors appuis sur ses jambes pour ménager ses efforts et se dirigea vers la salle de bain lorsqu'il fut sur pied. Là, il se déshabilla intégralement et se faufila sous la douche. L'eau était froide, mais il s'empressa de la rendre brûlante. Il défit totalement son bandage et laissa le liquide couler sur la plaie. Bientôt le bac se teinta de rouge. Alors, il s'assit sous la douche et se laissa recouvrir par le jet. Il s'assoupit ainsi un instant, tachant de mettre au clair les évènements de la veille.

Romane...
Elle était vivante, aveugle et ne semblait pas se souvenir de lui. Ou du moins elle semblait lui en vouloir pour l'aperçu détestable qu'il avait donné de lui. Il pouvait comprendre. Il avait lamentablement merdé leur retrouvaille. Elle avait toute les raisons du monde de lui en vouloir. Et puis elle semblait avoir vécu des choses épouvantables en son absence. Néanmoins, il ne dérogerait pas à sa promesse et la protègerait bon grès, mal grès. Alors il sentit ses hormones agir spontanément. Il se mit à ricaner. La gaule du matin... Quoi de plus ridicule après la frustration de la nuit? Non il ne s'humilierait pas d'avantage en se soulageant seul... Il fallait attendre. Attendre que ça passe... Attendre qu'elle se souvienne? Attendre qu'elle l'aime? L'avait-elle seulement déjà aimé? Il débanda illico à cette idée. La déception est plus forte que tout. Alors il pleura, doucement et discrètement. Il évacua sa peine, ses peurs et sa joie... son mal être... Son amour brisé.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belzy Warumono

avatar

Nombre de messages : 1757
Age : 31
Date d'inscription : 29/03/2007

MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   Dim 14 Nov - 23:15

Romane le Ven 11 Jan 2008 - 10:49 a écrit:
La nuit avait été un peu agitée pour elle, quelque soubresaut durant son sommeil et de mauvaises pensées mais pas de gros cauchemar, elle avait revu quelques vagues souvenirs de son enfance, elle se souvenait bien du jeune garçon qu’elle avait connu chez le duc, ils avaient vécu tant de chose tout les deux, pas vraiment comme des frère et sœurs mais pas complètement comme de simples amis non plus, si seulement le duc ne l’avait pas approché de si prêt, s’il n’avait pas essayé de la salir comme des centaines d’hommes ne s’étant pas gêné pour le faire plus tard. Elle n’aurait aucune crainte de son ami maintenant qu’elle l’avait retrouvé. Même si elle était très heureuse d’être retourné auprès d lui qu’elle n’espérait presque plus, au fond d’elle quelque chose l’empêchait de s’exprimer, une pensée inconsciente, un système de défense qui s’était installé au fil des années repoussant toute pensé rationnel face à n’importe quel homme. Encore d’autres souvenirs, moins bon cette fois, cette bagarre dans la chambre du duc, celle qui l’avait faite tomber en enfer après que son ami ai tenté de l’aider. Combien de fois s’était elle déjà posé la question, n’aurait-elle pas été plus en sécurité et bien moins mal traité auprès du duc qu’entre les pattes sales de ces bêtes en chaleurs ?...L’avait il vraiment aidé ?…

C’est sur cette pensée et avec l’image des deux homme prêt à s’entre tuer qu’elle se réveilla en sursaut, elle s’était redressé d’un coup sur le lit avec une grande inspiration, comme si on lui avait plongé la tête trop longtemps sous l’eau. Haletante elle gardait les yeux ouverts, fixant le vide sans reconnaître aucune silhouette. Elle fini par mettre ses mains sur son visage enfouissant celui-ci et senti quelques larme s’échapper malgré elle, elle préférait garder les yeux ouverts pour le moment, jusqu'à se que ces derniers souvenirs disparaissent temporairement.

Une de ses oreilles se mit à vibrer au dessus de sa tête alors qu’elle percevait enfin le bruit de l’eau qui s’écoulait, ce bruit là elle le connaissait bien, elle l’avait déjà entendu plusieurs fois, se qui l’inquiétait et la rassurait en même temps c’est que cela voulait dire qu’elle n’était pas toute seule, l’ennui c’est que, n’ayant que de vagues souvenirs de la veille à cause de son état de fatigue elle ne se souvenait pas très bien qui pouvait être l’autre personne. Elle ramena ses jambe plié vers sa poitrine et passa ses bras autour pour les serrer tout en posa sa tête sur ses genoux attendant sagement son hôte.

Roy le Sam 12 Jan 2008 - 21:03 a écrit:
Destin, il redressa les oreilles et sentit que Romane venait de se réveillée. Il se releva, se frictionna avec du savon et fit sa toilette vite, se rinça et sortit de la douche. Il prit ensuite une serviette et s'essuya soigneusement. Il l'enroula autour de sa taille et s'apprêta à sortir de la salle de bain lorsqu'il se souvint de ce qu'il avait osé lui faire subir la veille. Il hésita. Il fallait qu'il se fasse présentable et ne provoque pas chez elle son sentiment de soumission à un quelconque maître ou mac. Il se regarda dans la glace et se dit qu'avec cette gueule de déterré, il risquait de lui faire peur. Il se tapota un peu le visage et entreprit de se masser un peu le visage. Une technique rudimentaire pour se réveiller lorsque son maître d'art martiaux le sortait du lit aux aurores. Puis il enfila un jean et un débardeur qui traînait, encore en train de sécher sur le radiateur.

Alors seulement il apparut doucement sur le pas de la porte, l'observant gentiment et lui offrant son plus agréable sourire. Il s'approcha d'elle à pas doux de façon à la mettre en confiance. La serviette à la main, il continuait de se sécher les cheveux. Enfin il lui adressa la parole en murmurant:
- Bien dormit?

Romane le Ven 25 Jan 2008 - 11:35 a écrit:
Ses oreilles percevaient du mouvement et lui firent tourner la tête vers Roy, ses yeux étaient clos parce qu'elle les préféraient ainsi depuis longtemps, surtout quand elle était accompagné, elle ne pouvait donc pas voir le sourir que lui offrait son hôte, aussi aréable soit-il, se qui l'aurait pourtant changer de cetaines habitudes.

Elle restait donc le visage tourné vers Roy mais absent, ses prunelles couvertes par ses paupières d'or, lorsqu'il se mi à parler, plutôt murmurer, ses oreilles se baissèrent sur sa tête pour se redresse en peu de temps et elle réponit tout doucement de sa voie calme et plutôt douce.

    - Bien, merci de vous en soucier.

Elle baissa un peu la tete sur ses genoux et resta bloti sur le litattendant qu'on lui dise quoi faire d'autre, elle fut néanmoins étonnée de ne pas se souvenir avoir fait quoi que ce soit la veille même au soir, juste d'une tentative qui avait été stoppé net par celui qui l'avait ammené ici. Elle se senti soudains fautiv, peut-être avait elle fait quelque chose qui ne falait pas, peut-être cet homme attendait il un moment pour reprendre de plus belle sans plus lui laisser le choix, lorsque l'on est conditionné à ce genre de vie, mieux vaut s'attendre à tout.
    - Ai-je fais....quelque chose qui vous ai déplus ?

Elle restait la dans son petit cocon protecteur, osant à peine parler, sa voie se faisant un peu plus absente dans l'attente d'une réponse mais aussi dans la crainte de celle-ci, cherchant en vain au fond de sa mémoir se qu'lle aurait pu faire.

Roy le Ven 25 Jan 2008 - 14:09 a écrit:
Roy soupira désapointé.
- Romane... Non, tu n'as rien fait qui puisse me déplaire. C'est moi qui me suis comporté comme un goujat hier soir. Il ne s'est rien passé entre nous... Heureusement, il m'aurait déplut de te forcer la main. Il faut que je sache...

Il s'approcha d'elle et lui prit les mains. Il les regarda, les caressa du bouts de doigts et y posa délicatement un baiser. Il se sentait responsable de cette situation. Mais ce petit jeu qu'elle s'évertuait de prolonger commençait à le mettre mal à l'aise. Il avait besoin de savoir maintenant.
- Te souviens-tu de moi? Sais-tu qui je suis? Nous étions comme des frère lorsque nous vivions chez Dantes. Mais mes sentiments pour toi ont toujours été bien plus que de la fraternité. Je ne peux plus le cacher. Je t'ai arraché à ce monstre et confié à un hopital pour qu'on prenne soin de toi. Te sachant en sécurité, j'ai du fuir. Fuir ce que j'étais, ce que nous étions. Je voulais devenir fort et regarder en facede mon seul oeil le monstre qui nous a martyrisé durant des années. Je me suis entrainé, j'ai appris à maitriser mon corps, mais j'ai eu plus de mal avec mes émotions. Aujourd'hui mon but en revenant était de te retrouver et de te protéger.

Il se mit à pleurer:
- Je ne pensais pas qu'on t'aurait fait subir autant d'horreur en mon absence. j'aurais aimé empecher ça. Peut être n'aurais-je jamais du partir? M'en veux-tu? seras-tu prete un jour à me pardonner?

Il hésita un instant et finit par la prendre dans ses bras tout doucement, à la bercer comme il faisait quand ils étaient enfants. Elle s'était souvent occupé de lui à l'époque, soignant ses blessures et touchant son âme. Il esperait sincèrement que cet aveux lui ferait revenir la mémoire.

Romane le Mar 29 Jan 2008 - 12:26 a écrit:
A l’approche de Roy, elle ne fit aucun geste et lorsqu’il prit ses main elle se crispé très légèrement tournant le visage vers celui de Roy sans le regarder, ses yeux étant clos.
Elle laissa ses mains entre celle de Roy sans réagir et lorsqu’il se mit à parler ses mains se serrèrent légèrement.

Rien que de l’entendre prononcer le nom du duc son visage se tourna dans une autre direction, les oreilles couchés comme pour se cacher dans ses cheveux, elle n’était pas sur d’avoir envie d’entendre la suite mais elle gardait tout de même une oreille attentive, une expression de tristesse apparaissant doucement sur son visage au fil des paroles de l’hybride.


Puis sa voie se mit à changer alors qu’il énonçait ses regrets finissant sur un pardon.
Il lui tait difficile de pardonner qui que ce soit, depuis longtemps maintenant mais Roy avait l’air sincère et s’est se qui l’avait le plus touché, elle se souvenait, bien sur, de leurs jeu à travers le manoir, de tout se qu’ils avaient pu partager dans les rires et les pleures.
Lorsqu’il la pris dans ses bras elle se raidi un peu, mal à l’aise et fini par essayer de se détendre légèrement.

Après un court instant elle leva une main hésitante et un rien tremblante dans le dos de Roy pour le garder contre lui, un tt d’idée et de sentiments se bousculaient dans sa tête et lui faisaient mal jusque dans la poitrine.

    -Tu ne pouvais pas savoir….Roy

Les oreilles toujours baissée et déposa doucement sa tête contre l’épaule de son ami que jamais elle n’avait oublié et qu’elle avait bien souvent pensé mort depuis leur séparation qui était resté quelque chose de douloureux. Elle gardait cette voix douce et rassurante, presque maternelle dont elle usait souvent pour le consoler enfant.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [S&M / Jeu 04] L'appart de Roy   

Revenir en haut Aller en bas
 
[S&M / Jeu 04] L'appart de Roy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ménage de l'appart ( Nirina)
» Thomas a l'appart { pv libre}
» [Mission D] Ramasser, nettoyer et ranger
» "Pourquoi toujours moi...?" Appart' Leandrà
» Un jour j'aurai le même corps que toi, ou presque... [PV-Zack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alive :: RP + Projects :: Role play :: Différé chez moi-
Sauter vers: